L'Energie Solaire Thermique

Placez un sac noir rempli d’eau au soleil, et vous comprendrez vite la puissance de cette énergie ! La technique, aussi vieille que le monde, consiste à chauffer de l’eau avec les rayons du soleil. Simple et efficace, elle a pourtant été délaissée au profit d’énergies plus complexes et polluantes. Pourtant, dans nos régions Européennes, le soleil pourrait couvrir à lui seul et en moyenne 85% des besoins en eau chaude sur l’année !

Et tout ceci gratuitement, et sans pollution aucune.

 

Enfin !...

Une étude du Crigen (Engie lab) a comparé les performances de dix solutions d’énergie EnR et conventionnelles en vue d’atteindre 20 % de moins que le niveau RT 2012. Les calculs ont été effectués sur des cas concrets (un R+2 de 18 logements et un R+4 de 34 logements) dans trois zones climatiques différentes, du Sud au Nord de la France.

Les résultats sont sans appel : le solaire thermique permet d'économiser de 51 % à 68 % sur l'eau chaude sanitaire (ECS), ce qui représente 18 kWh de consommation en énergie primaire en moyenne sur la France. Face aux autres EnR, le solaire thermique s’impose globalement comme la seule solution capable d’abaisser de 20 % (soit 40 kWh/m2 par an) la consommation en énergie primaire, sans travaux d’isolation supplémentaires.

En considérant les coûts sur 20 ans, la chaleur solaire revient moins chère que les solutions traditionnelles, voire que d’autres solutions faisant appel à des énergies renouvelables. Elle se positionne donc comme la meilleure des énergies les plus rentables sur le long terme. En comparaison avec d’autres solutions conventionnelles, le solaire s’affirme aussi comme la plus rentable du marché en rénovation, grâce notamment au soutien du Fonds chaleur.

Une étude I-Care & Consult démontre également que le solaire thermique s’impose aussi dans la durée, comme sur la compétitivité. Il semble que, dès à présent, cette solution est rentable grâce à la taxe carbone. En effet, sur 20 ans, en intégrant les coûts d’installation, d’exploitation et de maintenance, elle s’avère moins chère qu’une solution classique fonctionnant à 100 % au gaz ou au fioul.

 

 

La puissance calorifique du soleil est 7 fois plus grande que sa puissance électrique. Autrement dit, un seul capteur thermique fournira autant de chaleur que 7 panneaux photovoltaïques raccordés à une résistance électrique !

Chauffe-eau individuel, chauffage d’une piscine, d’une serre, préchauffage central ou système hors gel… tous les besoins de chaleurs s’étudient avec le solaire thermique, aussi rentable au Nord qu’au Sud de la France. Tout n’est qu’une question de dimensionnement et de montage.

Avec 1 à 2 heures d'ensoleillement quotidien, on maintient son eau chaude à 40° minimum sans besoin d'aucun appoint.

85%

des besoins en eau chaude

7

fois + puissant que l'électricité

0 €

énergie gratuite

2 configurations possibles

Le ballon est au dessus du capteur, on parle alors de  thermosiphon, un procédé sans pompe, puisque l’eau chauffée va par simple effet de convection remonter dans le ballon, et faire descendre l’eau froide. La station s’amorce d’elle-même. Le ballon doit être positionné juste au dessus du capteur et à proximité immédiate - intérieur ou extérieur - sinon, la convection ne se fait pas.

Souvent, on injectera un liquide solaire spécial dans le circuit interne de la station, pour un meilleur transport calorifique et éviter le gel de l’installation.

water-eau-panneau-solaire-solar-panel-toit-toiture-autonomie-maison

Lorsque le ballon est sous le capteur, le système est dit forcé car il a besoin d’une petite pompe pour la circulation de l’eau. Ce principe est plus simple d'utilisation car il s'adapte facilement à toutes les configurations de maisons, et à toutes les météos. La distance relative entre ballon et capteur n'est pas un frein au fonctionnement.

Souvent, on injectera un liquide solaire spécial dans le circuit interne de la station, pour un meilleur transport calorifique et éviter le gel de l’installation.

2 types de capteurs

panneau-panel-thermique-eauchaude-maison-autonomie

Le capteur à tubes sous vide. Une série de tubes transparents en verre avec à l'intérieur un absorbeur pour capter le rayonnement solaire et un échangeur pour permettre le transfert d'énergie thermique. Bien que plus performant en secteur peu ensoleillé, a laissé en grande majorité sa place au capteur plan, car il est aussi plus fragile. Il est aujourd'hui difficile à trouver de bonne qualité.

panneau-panel-solaire-solar-photovoltaique-toit-toiture-autonomie-maison

Le capteur solaire à plan vitré est la capteur-plantechnologie la plus répandue. Les tubes métalliques renferment un liquide caloporteur en circuit fermé (antigel). Pour augmenter le rendement de chauffe, les tubes à ailettes sont enfermés dans une boîte vitrée isolante pour provoquer un effet de serre. Que l’on vive à Paris ou à Fort-de-France, le capteur plan produit une eau chaude sanitaire à 65°C en moyenne. Cela suffit amplement pour prendre une douche !

rendement-utilisation-eauchaude-habitation-autonome

Un complément pour l'hiver

Pour combler les quelques degrés qui peuvent parfois manquer en hiver ou à mi-saison, une autre source d’énergie peut être couplée à l’installation. Cet appoint sera électrique, à bois avec un bouilleur, ou à gaz avec une chaudière instantanée par exemple.

Combien ça coute ?

Votre station solaire thermique individuelle, d’une capacité de 200L, soit pour 3-4 personnes, livrée et installée chez vous, revient aux environs de 4.950€.

Délai de livraison et installation : 6 semaines

Durée des travaux : 2 jours à 2 personnes

Pour maintenir la performance et la durée de vie de votre installation, ce qui compte aussi c’est la configuration, la mise en service et le paramétrage optimisé de la station, ainsi qu’un entretien annuel fait par un professionnel consciencieux.

Retour haut de page