Le pompage de l'Eau

Le point de départ

 

…du circuit de la maison. La pompe alimente l’arrivée d’eau principale de la maison. Elle aspire l’eau et la met sous pression dans un ballon pression ou réservoir à vessie. Une pression de 3 à 4 bars suffit largement. Quand on ouvre un robinet, la pompe ne se mettra en route qu’après avoir puisé environ 1/3 de la capacité du ballon. (30L d’eau pour un ballon pression de 100L par exemple). Ceci diminue les démarrages intempestifs de la pompe, et allonge donc la durée de vie de l’installation.

Les modèles adaptés

Que ce soit pour un puits ou une citerne, la pompe immergée automatique reste la solution la plus simple et la plus pérène.

Placée au fond de la réserve d’eau, elle n’a qu’une fonction : refouler l’eau jusqu’au bout du conduit. Pas d’aspiration aléatoire avec risque de dépression, de fuites, pas d’effort important de la part de la pompe. Préférez une pompe automatique équipée d’une sécurité manque d’eau. Elle s’enclenche automatiquement lorsque la pression baisse dans le ballon, et s’arrêtera automatiquement en cas de niveau trop bas, afin de préserver ses composants.

Choississez votre pompe en fonction de sa puissance et de la hauteur manométrique de votre installation. La pression et le débit varient selon ces données.

énergy-énergie-autonomie-autonomy-maison autonome-natuel-maître d'oeuvre-constructeur-artisan- autonomie vivante-toitot maison autonome-construction-énergies renouvelables-habitat naturel-house-chauffage-water-eau-pompe-acuapres

Pompe de puits automatique

Pompe de forage avec accessoires

et les autres

La pompe de surface aspire l’eau avant de la refouler.  Elle est moins adaptée à une utilisation quotidienne en autonomie. Même si la pompe est de qualité, le fait d’avoir une phase d’aspiration puis de refoulement peut poser problème. En effet, ces pompes ne sont pas à l’abri d’un désamorçage. Auquel cas, il faut réamorcer la pompe… Et puis, sauf modèle étanche pouvant être à l’extérieur, ces pompes se placent à l’intérieur des maisons, et ça toujours un peu de bruit.

Les accessoires

Le presostat, le ballon pression ou réservoir à vessie et la manomètre ne sont pas toujours inclus dans les kits, et sont parfois nécessaire en plus de la pompe. Ne les oubliez pas dans la liste de vos accessoires !

énergy-énergie-autonomie-autonomy-maison autonome-natuel-maître d'oeuvre-constructeur-électricité-stockage-artisan- autonomie vivante-toitot maison autonome-construction-énergies renouvelables-habitat naturel-house-eau-water-réservoir

réservoir à vessie. Indispensable pour éviter les démarrages intempestifs de la pompe

Presostat. Il démarre et arrête la pompe en fonction de la pression. indispensable si la pompe n’est pas automatique.

manomètre. Il indique la pression dans le circuit.

Des options utiles pour le 100% autonome !...

énergy-énergie-autonomie-autonomy-maison autonome-natuel-maître d'oeuvre-constructeur-artisan- autonomie vivante-toitot maison autonome-construction-énergies renouvelables-habitat naturel-house-chauffage-water-eau-pompe manuelle-eau de mer

La pompe à main

En cas de panne électrique ou mécanique, il est confortable de disposer d’une eau encore sous pression. Quand cela est possible, la solution consiste à monter une pompe à main  sur l’installation, et de la coupler au réservoir de pression, en by-pass. Un simple pompage manuel vous donnera de l’eau sous pression.

énergy-énergie-autonomie-autonomy-maison autonome-natuel-maître d'oeuvre-constructeur-artisan- autonomie vivante-toitot maison autonome-construction-énergies renouvelables-habitat naturel-house-chauffage-water-eau-pompe belier

La pompe bélier hydraulique

Une invention géniale des frères Mongolfiers datant de 1796, pour remonter l’eau sans électricité, jour et nuit, avec la seule force de la pression d’eau !

la cuve ou citerne enterrée

Il existe de nombreuses façons de stocker l’eau. Mais si on veut pouvoir la consommer, l’eau doit conserver toutes ses propriétés sanitaires grâce à un stockage sain.

L’eau reste un élément vivant tout au long de son parcours. Alors, on essayera de la stocker sans la stresser. Une cuve de préférence ronde, voir en forme de bulle est idéale. L’autre avantage de cette forme est de mieux supporter la pression à vide.

Cette citerne sera le plus souvent en béton, mais pas n’importe quel béton. Moins il aura d’adjuvants chimiques et autres déchets, mieux se sera. Le béton facilite la minéralisation de l’eau de pluie et en régule le pH. On peut recouvrir l’intérieur de sa cuve d’un enduit chaux pour plus d’agrément.

Techniquement, la citerne gardera l’eau à l’abri de la lumière, et à température quasi constante, sans geler. Elle doit pour cela être enterrée à 50 cm du sol minimum.

Cuve chaux ou béton d’argile

Pour ceux qui en ont le temps et les moyens techniques, une citerne en pierre enduite de chaux pour l’étanchéité, mais aussi pour la minéralisation et la conservation de l’eau permet d’aller au bout de la démarche.  Le béton d’argile récemment mis au point pourrait être une bonne alternative au béton. Également le mélange chaux/pierre ponce qui se compare à la pierre reconstituée.

Trucs & astuces, simple et efficace :

positionner des pierres calcaires ou galets en fonds de cuve, afin d’accélerer la basification de l’eau. En quelques jours, le Ph remonte à 7 / 7.5. Faites en l’expérience…

Pour une arrivée d’eau relativement propre dans la cuve, on se confectionne un « first flush », qui va dévier l’eau de la première pluie, chargée en saletés puisque’elle vient de nettoyer le toit. Une fois ce first flush plein, l’eau entre dans la cuve.

Retour haut de page