La Cuisine...

L’énergie de la cuisine sera dans l’idéal mixte. En hiver c’est à la cuisinière à bois qu’on devra les bonnes odeurs de tarte aux pommes. L’été, le biogaz et le soleil fourniront toute l’énergie à l’éveil des saveurs. Chacun tour à tour, selon les saisons….

Eté : La biomasse & le biogaz

Schéma réalisé par « Estelle Grossias de Picojoule »

La méthanisation est un processus qui transforme de la matière organique ou biodéchets en un biogaz moins concentré que le gaz de ville mais néanmoins identique : le méthane. En plus de cela on obtient un engrais naturel plus fertilisant que le compost !

 

La loi prévoit que tous les particuliers disposent d’une solution pratique de tri à la source de leurs biodéchets dès le 1er janvier 2024. La valorisation de cette ressource est possible directement chez vous par méthanisation sans passer par les collectivités rajoutant de potentielles factures.

 

Lorsque nous parlerons des besoins ou de l’autonomie en gaz il s’agira uniquement du gaz pour cuisiner, nous considérons que les autres besoins de chaleurs de l’habitat doivent provenir de ressources qui ont plus de sens à nos yeux.

Ce que l’on peut espérer de la méthanisation à la maison :

  • Au minimum produire une part mineure des besoins en gaz (2-10%)
  • Au mieux s’approcher de l’autonomie en optimisant plusieurs paramètres de méthanisation tout en réduisant nos besoins et en variant les méthodes de cuisson (gazinière biogaz, cuisinière à bois, four solaire, marmite norvégienne)

Il existe 2 principaux types de méthaniseur, le « continu » que l’on doit alimenter tous les jours et dont l’on récupère une quantité égale de fertilisant ; le « discontinu » en revanche nécessite d’être rempli une seule fois tous les 1 à 6 mois. Lorsque la production de biogaz s’arrête on le vide (récupération du fertilisant) puis on remplit de nouveau pour le cycle suivant. 

Aujourd’hui nous nous orientons sur le modèle discontinu pour les raisons suivantes :

  • Il y a déjà assez de tâches quotidiennes à réaliser dans le cadre de l’autonomie, si l’on peut s’en épargner une de plus, pourquoi pas.
  • Les apports importants en matière organique sont plus souvent ponctuels que quotidiens, vidange de toilettes sèches, ramassage de litière animale, tonte de pelouse, apport extérieur au foyer.
  • Le besoin en eau est ponctuel et peut s’effectuer avant des prévisions de pluie, plus pratiques pour les sites autonomes.
  • Ne nécessite pas de tri de la matière au préalable contrairement au modèle continu qui doit respecter une granulométrie stricte et chasse les indésirables (cailloux, paille, etc.).
  • Possibilité d’avoir plusieurs petits digesteurs en parallèle pour augmenter ou réduire le volume de matière à méthaniser selon le besoin ou la disponibilité en matière première.

Il existe plusieurs configurations à discuter ensemble en fonction de vos besoins mais voici l’aspect que cela peut prendre.

Il faut garder à l’esprit que la quantité de biogaz produite reste faible avec nos biodéchets du quotidien par rapport à notre consommation en gaz

Pour donner une idée, voici les quantités à méthaniser pour obtenir la quantité de biogaz équivalent à une bouteille de gaz classique 13kg.

Les chiffres donnés sur cette page sont indicatifs, en effet la matière première est très variable selon la provenance.

Type de matière organique

Masse équivalente pour produire l’énergie d’une bouteille de gaz 13kg (166 kWh)

Lisier vache laitière

Env. 1 tonne

Fumier de cheval

Env. 300 kg

Lisier de porc + paille

Env. 500 kg

La production est diminuée voire inexistante en hiver, la température joue un rôle majeur dans la rapidité de la réaction :

Température du digesteur (°C)

20

25

30

35

Durée du cycle complet (j)

180

120

60

30

Au-delà du suivi technique, c’est sur ces points critiques que nous vous suivrons pour optimiser votre production et flirter avec l’autonomie en gaz !

Nous avons été formés par l’association Picojoule, acteur incontournable en France de la petite méthanisation pour particulier qui œuvre pour une valorisation cohérente de nos déchets organiques.

Si vous possédez quelques-uns des atouts suivants, la méthanisation est envisageable chez vous !

  • De la matière organique destinée au compost
  • De la litière animale
  • Des toilettes sèches
  • Autres sources de matière organique (algues, graisses végétales usagées, drêches, …)
  • Une serre ou autre espace chauffé
  • Un espace vert ou potager pour épandre le fertilisant issu de la méthanisation
  • L’envie d’être autonome techniquement dans la réalisation et maintenance de votre méthaniseur
gaz-homebiogaz-cuisine-energy-energie-autonomie-autonomy-maison autonome-natuel-maître d'oeuvre-constructeur-artisan- autonomie vivante-toitot maison autonome-construction-énergies renouvelables-habitat naturel-house

Eté : Le Soleil & Le four solaire

La cuisine solaire est une charmante alternative aux méthodes conventionnelles de cuisine. Les fours solaires disponibles aujourd’hui fonctionnent vraiment et méritent qu’on s’y intéresse de plus près.

Les personnes qui ont pris le temps d’intégrer la cuisine solaire dans leurs vies trouvent la motivation pour continuer à améliorer les conceptions. Les aliments cuits de cette façon sont délicieux et les fours amusants et faciles à utiliser.

Voici quelques versions de four solaire !

L'Hiver

Le Bois

Si vous avez choisi l’option « cuisinière » du bouilleur, ou même si vous avez une simple cuisinière à bois, vous pourrez profiter pleinement de la chaleur du bois pour cuisiner vos plats préférés. Feu vif, mijoteur et four sont à votre disposition.

Alternative performante, la cuisine au bois est plus agréable en période hivernale.

La chaleur produite peut monter jusqu’à 300° dans un four à foyer bois.